︎

La vérité sur les Pélicans

Texte : Victor Boissel



Tout a commencé, il y a bien longtemps, lorsque la Terre n’était peuplée que de pélicans. Il faut savoir que le pélican d’alors était un oiseau bavard, il faut savoir qu’il était également gourmand.

Ainsi les pélicans, friands d’éloquence, joutaient verbalement pendant leurs repas fréquents. Adultes et enfants attablés se laissaient aller à de joyeuses et lyriques envolées. Or les parents cherchaient, dans ce tintamarre, à exprimer leurs idées.
Ils trouvèrent une astuce : dire aux jeunes pélicans de tourner sept fois leur langue dans leur bouche avant de parler.

Les enfants pélicans, soumis à la tyrannie de leurs aînés, s’exécutèrent et,  dans le fond de leur bec, il se passa l’incroyable.
Un mélange de mots et de poissons fut mâché et remâché pendant d’innombrables heures à table. Les becs grossirent et enflèrent, s’épaissirent et se bombèrent, jusqu’à prendre la forme d’un boulet. Ils ne pouvaient plus parler mais leur mutisme ne les empêchait pas de manger. Et la cause fut suivie d’effet.

Les goitres nouvellement formés devinrent plus encore proéminents, sous les yeux interdits des parents. Et quand il fut l’heure de sortir de table, les parents purent s’envoler mais pas les pauvres enfants.
En vol, les parents rencontrèrent un terrible orage dont les éclairs les firent rôtir comme des poulets. Au sol, demeuraient les derniers représentants des pélicans, prisonniers sans prison mais pas sans boulet.

Avec le temps, les enfants devinrent parents et naquirent alors de nombreuses générations de pélicans. Chacun portant fièrement un goitre, en mémoire des boulets ancestraux et comme un décolleté provoquant.

Les pélicans avaient pris l’apparence de ceux que nous connaissons aujourd’hui et nous rappellent encore pourquoi il ne faut pas faire taire les enfants.